Qu'est-ce que Logement d'abord ?

Le plan d’action Logement d’abord est un projet de logement des populations sans domicile ou en situation d’hébergement. Il a été initié par le président de la République Emmanuel Macron au mois de septembre 2017 et repris par Julien Denormandie. L’objectif était d’alors de trouver des solutions concrètes, lorsque les dispositifs d’hébergements étaient engorgés à l’époque.

Logement d'abord pour le relogement des populations

Avancées autour du projet

Logement d’abord : voici l’une des nouvelles priorités du ministère de la ville et du Logement, orchestrée par Julien Denormandie. L’objectif est d’offrir un meilleur accompagnement aux personnes n’ayant aucun domicile tout en tendant à faciliter leur conservation dans le logement sur le long terme. Le sujet a été évoqué lors du 72ème atelier de la Dihal qui s’est tenu au ministère de la Cohésion des territoires, le 24 janvier 2020. L’avancée des réalisations été évoquée et les représentants des 23 territoires qui participent à la mise en application du plan ont pu préparer l’avenir sereinement.

L’objectif de cette première table ronde était d’offrir un accompagnement en fonction des besoins de chacun pour rendre un peu plus concret, le droit au logement des populations. Cette direction à prendre est importante puisque l’accompagnement des personnes sans logement est un sujet essentiel.

Logement d'abord : des résultats significatifs

Les résultats annuels ont été publiés par le ministère de la Ville et du Logement le 30 Janvier 2020, en vue du lancement de l’acte II du projet. Julien Denormandie a pour l’occasion montré toute sa satisfaction face aux chiffres évoqués :

  • Plus de 14.000 places d’hébergement en 2 ans
  • 81.000 solutions d’hébergement ou de logement trouvées (70.000 en 2018), soit plus de 150.000 personnes relogées en 2 ans
  • 51.000 personnes ont accédé au logement social (47.000 en 2018, 41.000 en 2017)

Selon le ministère, ces résultats étaient rendus possibles grâce à l’implication de nombreux acteurs participant aux différents projets d’accès au logement.

Les objectifs de l'acte II en 2020

Le ministre de la Ville et du Logement a mis l’accent sur les priorités pour 2020, à savoir un accompagnement plus approfondi défini comme « l’axe majeur de l’acte II du Logement d’abord ».

Pour cela, 15 millions d’euros ont été débloqués pour l’accès au logement par le biais du FNAVDL (le fond national d’accompagnement vers et dans le logement). Les objectifs de ce renforcement sont de resserrer les liens entre les univers de l’hébergement et du logement d’une part, mais aussi entre les bailleurs et les associations d’une autre.

Le dispositif couvrira l’ensemble de l’hexagone avec une sélection des projets en fonction des besoins dans les différentes régions. Par exemple, le budget pour l’Île-de-France augmente de 6 millions d’euros en un an, en passant de 11 à 17 millions d’euros. L’outre-Mer n’est pas en reste non plus avec un passage de 750.000 à 1.5 millions d’euros.

Julien Denormandie a également déclaré vouloir instaurer une « action pilote dédiée pour ces publics » afin de les aider à accéder au logement plus rapidement. L’action en question sera mise en place en février 2020 sur l’ensemble de la région Île-de-France avec un budget de 3 millions d’euros et des effectifs mobilisés de « plusieurs dizaines d’agents », déjà en place sur d’autres dispositifs de l’État en faveur du relogement.

Le ministre de la Ville et du Logement a tenu à rappeler les 2 objectifs de cette mission pilote :

  • Intensifier les missions de relogement en accompagnant 1.000 ménages en plus par rapport l’an dernier.
  • Offrir des formations aux travailleurs sociaux en leur permettant d’accéder au logement et en se positionnant en plateforme support.

À lire également